Accueil
Notre site sur facebook
Un prêt de 250 000€ pour une filière d'excellence
Partager :
partager sur facebook partager sur twitter
lecture audio

Le lin se porte bien. Le Département vient d'accorder une aide de 250 000€ sous la forme
d'un prêt à taux 0% à la coopérative de teillage du Neubourg. Une première dans l'Eure.

Le lin, tout premier textile développé par l'homme, 36 000 ans avant J.C., a de nouveau le vent en poupe! Choisi pour son esprit nature, sa légèreté et sa résistance, le lin s'est taillé une jolie réputation depuis quelques années et surtout depuis cinq ans où le marché a explosé. Beaucoup de gens l'ignorent mais 85% de la production mondiale de lin fibre destinée au textile, est concentrée au nord de l'Europe : Hollande, Belgique, Hauts-de-France et Normandie.

Le département de l'Eure s'est taillé une belle part du gâteau en se  situant en deuxième position derrière la Seine-Maritime. Cette place de choix rejaillit sur l'ensemble de l'économie euroise comme l'explique le président de la promotion,Pascal Prevost : "Nous avons la chance d'avoir une très bonne communication sur le lin qui correspond aux aspirations écologiques du moment. Notre production est passée de 3 800 ha en 2012 à 7 000 ha aujourd'hui".

Un marché en pleine expansion

Ce marché florissant permet aux agriculteurs eurois d'accroître leurs revenus. Il permet également l'emploi d'une main d'œuvre locale. "Notre coopérative produit chaque année entre 8 000  et 10 000 tonnes de fibres longues, qui partent pour 92% de la production à l'exportation, vers l'Europe pour la filière création et tissage, mais aussi vers l'Asie (Chine et Inde) pour la transformation du lin en textile. La consommation finale concerne aussi les USA." En 2018, la coopérative, située à Crosville-la-Vieille, près du Neubourg,  a réalisé 26 M€ de chiffre d'affaires.


Un investissement facilité par le Département


Face à un marché mondial qui ne cesse de croître, la coopérative a décidé de construire une nouvelle unité de transformation. "Nous avons actuellement un seul site de production avec 4 lignes de teillage. Nous voulons construire un nouveau bâtiment qui permettra la création de 2 lignes supplémentaires de transformation de teillage, destinées au textile et 2 lignes supplémentaires pour la transformation des fibres courtes  utilisées dans de nombreux secteurs et filières d'excellence présents en Normandie comme l'automobile ou l'aérospatial. "

Mais faute de capitaux propres suffisants pour investir et ce malgré la situation financière saine de la coopérative, le prêt du Département, de 250 000€ à taux 0% remboursable sur 7 ans va permettre un investissement plus serein. "C'est un sacré coup de main pour nous en termes de trésorerie. Les contacts avec les services du Département et l'accompagnement proposé ont été très stimulants pour les porteurs du  projet. Quel plaisir d'avoir un coup de fil d'un élu qui nous dit : c'est bon. C'est passé ! "


Des emplois supplémentaires


"Pour intervenir sur les projets d'immobilier d'entreprise, nous devons signer une convention avec la communauté de communes", explique le président du Conseil
départemental, Pascal  Lehongre.  "Notre objectif est de soutenir la création et le développement des entreprises notamment sur les filières porteuses comme celle du lin, par l'octroi d'aides financières."  La construction du nouveau bâtiment de la coopérative de teillage, prévue dès le début de l'année prochaine, va permettre l'embauche d'une dizaine de personnes supplémentaires. La coopérative passera alors le cap des 100 employés.
Le coût de l'ensemble des travaux est estimé à 10M€.

"C'est la première entreprise que nous avons le plaisir d'accompagner dans l'Eure sous cette forme-là", précise Stéphanie Auger, élue départementale qui a accompagné la coopérative de teillage depuis le début du projet. "D'autres dossiers sont déjà en cours."

 

Aide à l'investissement immobilier


Depuis la loi NOTRe de 2015, les communautés de communes (EPCI) ont la pleine compétence en matière d'immobilier et de foncier d'entreprise. Néanmoins, l'EPCI peut déléguer cette compétence au Département.

 

  • Le but : soutenir les entreprises de l'Eure (industrie, services aux entreprises, négoce, artisanat, activités touristiques), qui investissent dans l'immobilier pour des opérations de constructions, d'extension, d'acquisition, de travaux d'aménagement ou de requalification d'un bâtiment.

 

  • Les conditions : avoir une situation financière saine, être à jour des obligations fiscales, sociales… et démontrer sa capacité à mener à bien le projet (capacité financière, ressources humaines…)

 

  • Montant et forme de l'aide : l'aide prend la forme d'un prêt à taux zéro, sans garantie ni caution dans la limite des 25% des dépenses d'une durée maximale de 7 ans assorti  d'un différé de remboursement de 24 mois maximum. Le montant maximum du prêt est de 250 000€.

Renseignement sur le site: http://www.investinormandie.fr/


 



Une plante, des hommes,Un territoire

 

  • La plante : une fibre responsable


Au moment de la récolte, le lin n'est pas fauché mais arraché, afin de préserver toute la longueur des fibres contenues dans sa tige. La production de fibres longues sans défaut et les qualités mécaniques exceptionnelles de la fibre de lin normande sont reconnues au niveau mondial. La culture du lin ne nécessite ni irrigation, ni défoliant et stocke le carbone. Généreux et exploitable jusqu'aux racines, le lin ne produit aucun déchet. La dynamique innovante autour de la fibre permet de multiplier ses applications. On le retrouve aujourd'hui à la pointe de l'innovation avec de nouveaux débouchés. Le lin est naturel, hypoallergénique, antiallergique et antibactérien. Il est thermorégulateur, absorbant, facile d'entretien et résistant.

 

  • Des hommes : une fibre ancestrale


Cette agriculture de proximité ne s'improvise pas. Cultivée depuis toujours en Normandie, le lin s'inscrit dans le prolongement d'une connaissance ancestrale. Les gestes s'enchaînent pendant les 100 jours de croissance de la plante. Pour optimiser les récoltes et produire "de grands crus", l'appréciation est quotidienne, parcelle par parcelle selon les caprices de la météo et de la maturation de la plante. "Le lin" ont coutume de dire les agriculteurs, "c'est 15% de nos surfaces de culture mais 80% de nos préoccupations. " La culture et la transformation du lin demandent une main d'œuvre locale importante et qualifiée (5 fois plus que le blé).Il contribue à maintenir un tissu économique et social en zone rurale.

 

  • Un terroir : une fibre d'avenir


Le lin est une culture exigeante qui se plaît dans des sols limoneux balayés  par les vents d'ouest. Il lui faut de l'eau "mais pas trop" avec des précipitations qui couvrentnaturellement tous ses besoins. Et de la chaleur "mais pas trop" ; la température ne doit pas excéder 25°C en moyenne durant sa croissance.

La Normandie lui convient donc très bien. Renouvelé en rotation tous les 7 ans, peu gourmand en azote, le lin améliore la qualité des cultures suivantes de 20 à 30%, avec des semences certifiées sans OGM. 90% de la production de lin est destinée à la confection textile.


 

Partager :
partager sur facebook partager sur twitter
Il n'y a actuellement aucun commentaire Commentez-contribuez
Votre pseudo
Votre commentaire
Attention! Votre responsabilité personnelle peut être engagée par vos commentaires. Faites preuve de courtoisie et de modération.

Cliquez ici pour nous signaler un contenu contrevenant aux conditions générales d'utilisation.

sites départementaux et partenaires

conseil départemental de l'eureHôtel du Département
14 boulevard Georges ChauvinCS 72101 - 27021 Evreux cedex
Tél. : 02 32 31 50 50
Jours et horaires d'ouverture au public :du lundi au vendredi : 8h30/12h30 - 13h30/17h30
Crédits | Informations légales | Nous écrire | se connecter