Circuler l'hiver
accueil
Notre site sur facebook
dernière mise à jour le 01/12/2017
photo article
lecture audio

> La viabilité hivernale

> Traitement du sel

> Les barrières de dégel


  
La viabilité hivernale


Pour faciliter les déplacements des usagers et garantir la sécurité des automobilistes, 300 agents de la direction de la mobilité sont mobilisés de mi-novembre et à mi-mars pour organiser les interventions de la viabilité hivernale sur les 4 250 km que compte le réseau routier départemental.
 
La viabilité hivernale nécessite la mise en place 24/24 h et 7/7 j de moyens humains et matériels capables de répondre aux problèmes posés par les intempéries. Malgré l'organisation mise en place, il est impossible de dégager l'ensemble des routes en même temps. C'est pourquoi, le réseau routier est classé selon trois niveaux d'intervention :

 

  • Prioritairement, les moyens sont affectés au réseau principal, 750 kms de routes les plus fréquentées, puis 1250 km de 6h à 21h
  • Les 2 250 km du réseau secondaire sont traités à suivre (réseau intercantonal)
  • Une fois ces deux réseaux viabilisés, tous les moyens sont affectés au reste du réseau départemental (réseau local).

  

 

S'informer

Un répondeur (02.32.31.97.98.) et un site internet sont actualisés quotidiennement. Sur le site internet, les conditions de conduite sur le réseau routier départemental sont mises à jour à 7 h 30, 11 h 30 et 16 h 30.

 

  Pour tout renseignement :

 Les trois unités territoriales de la mobilité sont joignables :

 

Secteur Ouest
Unité territoriale de Brionne - Responsable : Christophe NEHOU - 02.32.46.75.74.
Antenne de Beuzeville - Responsable : Sylvain ESVAN - 02.32.20.35.81.

 

Secteur Est
Unité territoriale de Vernon - Responsable : Karine BARRAL-LECLERC - 02.32.54.79.90.
Antenne de Louviers - Responsable : Bertrand CAMBIER - 02.32.09.38.70.

 

Secteur Sud
Unité territoriale de Conches-en-Ouche -Responsable : Sylvain ALLEAUME - 02.32.39.72.08.
Antenne d’Evreux - Responsable : Philippe DUBOS - 02.32.31.93.55.

 

Transports scolaires : ils sont transférés à la Région depuis le 1er septembre 2017. Les services sont joignables au 02.76.38.34.24.

 

Pôle technique et gestion de la route - Responsable : Yves Dulouard - 02.32.31.96.31.

 

Radios : France bleu Haute-Normandie FM 100.1

 

Web :

 

Télécharger le dossier d'organisation de la viabilité hivernale 2017-2018 du lundi 20 novembre 2017 au lundi 5 mars 2018

 

Quelques conseils pour la conduite hivernale :

  • Différez vos déplacements (si cela est possible)
  • Conduisez avec les feux de croisement allumés
  • Adaptez votre vitesse
  • Evitez d'utiliser le régulateur de vitesse
  • Maintenez une distance de sécurité
  • Ne gênez pas les équipes d'intervention et ne dépassez pas les camions de salage



 
Traitement du sel

 

Quelques repères :

En grains
Il est efficace sous cette forme jusqu'à -7/-8 °C. Il s'écoule un certain temps après son épandage pour qu'il devienne actif.


Pendant ce temps :

  • Le verglas ou la neige subsiste sur la chaussée malgré l'apparence de sécurité donnée par le passage de la saleuse
  • Une partie du sel répandu est éliminé par la circulation


Sous cette forme, le sel est surtout utilisé en traitement curatif.

En saumure
Le sel est dissout préalablement dans l'eau, il agit alors instantanément, mais la saumure répandue va se diluer rapidement par l'apport de l'eau provenant de la fonte ou de l'humidité de l'air. Son action est limitée dans le temps. La saumure est particulièrement adaptée pour le traitement préventif sur routes sèches.

En bouillie
La bouillie consiste à répandre simultanément du sel en grains et de la saumure conjuguant ainsi les avantages des 2 procédés :

  • la saumure attaque directement la couche de glace ou de neige
  • au fur et à mesure de la dilution de la saumure, le sel en grains fond et maintient une concentration suffisante de la saumure et prolonge ainsi son efficacité
  • du fait de l'apport de l'eau, le mélange reste efficace jusqu'à des températures ambiantes voisines de -10/-12 °C


PRUDENCE ! L'adhérence ne redevient pas normale juste après le passage de la saleuse

Traiter la neige

On ne peut pas traiter la neige avant qu'elle ne tombe, ainsi les équipes ne peuvent intervenir qu'en traitement curatif pour rétablir des conditions de circulations minimales.


Le sel n'a pas l'aptitude à faire fondre la neige ni pendant qu'elle tombe ni après en couche sur la chaussée.
Le maintien de la viabilité suite à un épisode neigeux se fait donc essentiellement par évacuation de la neige, en général en raclant la chaussée avec une lame.


Saler la neige est, en fin de raclage, une mesure de finition visant à accélérer le "retour au noir".
Avant le raclage, cela entrainerait un gaspillage de sel, voire une décongélation du mélange eau-sel-neige dans certaines conditions de température et de dosage en sel.


Il est donc inutile de saler la neige 

 

Quelques chiffres
L'organisation de la direction des routes et des transports c'est :
4 mois en alerte maximale
300 agents mobilisés dont 63 agents en astreinte, mobilisables 24h/24 et 7j/7
46 camions voués au raclage et salage don 26 mobilisables 24h/24
3 unités terroriales de la mobilité et leus 21 centres d'exploitation
Un pôle technique et gestion de la route chargé de la coordination des interventions et de l'information aux usagers

4250 km à surveiller dont 700 km prioritaires
Des conventions avec les collectivités territoriales et les agriculteurs sollicités en cas d'intempéries majeures pour compléter le dispositif et déneiger.


 
Qu’est-ce que les barrières de dégel ?


Ce n’est pas une barrière physique ! Il s’agit d’une réglementation de la circulation routière mise en œuvre en période de dégel sous la forme d'une limitation provisoire de tonnage. Les barrières de dégel ont pour objet d'éviter la désagrégation d’une chaussée dont la structure est, lors du dégel, particulièrement vulnérable.

Le réseau routier n'étant pas dimensionné de manière homogène, il est nécessaire de restreindre la circulation des véhicules lourds sur certaines routes lors du dégel, afin d'éviter des dégradations importantes des chaussées et des dépenses de remise en état prohibitives.

La mise en œuvre de cette réglementation de la circulation routière est exceptionnelle et nécessite des conditions spécifiques : températures négatives sur une longue période, gel en profondeur des chaussées, et dégel rapide

 
Que se passe-t-il en période de gel et lors du dégel ?

Lorsqu’il gèle en profondeur, l’eau du sol se transforme en glace en provoquant une aspiration vers le haut de l’eau des couches inférieures. Ainsi, en période de gel, la quantité d’eau sous forme de glace augmente donc dans la chaussée et dans le sol support. Cette glace provoque un gonflement de la chaussée.

Au dégel, cet excès d’eau fait chuter considérablement la portance du sol support et la chaussée devient particulièrement fragile. Pendant la période nécessaire à l’évacuation de ce surplus d’eau, la pose de barrières de dégel est indispensable pour limiter la circulation des véhicules lourds. Seules les chaussées suffisamment épaisses reposant sur une couche de forme non gélive ne sont pas sensibles au gel.

En cas de nécessité, ce dispositif pourra être réactivé. Des ajustements ont été toutefois apportés en tenant compte des spécificités économiques locales et des cohérences d'itinéraire avec les départements limitrophes.

Suivant la vulnérabilité des routes au dégel, les charges admises à circuler sur les routes départementales sont limitées à 7,5 tonnes, 12 ou 19 tonnes.


Comment est déterminée la date de pose des barrières de dégel ?


La décision de pose des barrières de dégel est prise au minimum 18 heures avant l’entrée en vigueur effective de la mesure. La décision de pose est prise à partir des critères techniques et de la situation météorologique étudiée conjointement par les services du Conseil départemental et un laboratoire routier.

Par souci de cohérence interdépartementale, la mise en place des barrières prend toujours effet à 8h du matin. La décision de poser les barrières de dégel fait l’objet d’une large communication. A l'issue de la prise de décision de la pose des barrières de dégel, un modèle de demande de dérogation exceptionnelle sera téléchargeable sur le site.
 
Comment est déterminée la date de dépose des barrières de dégel ?

Quelques jours après la pose des barrières de dégel, les services techniques du Conseil général procèdent à des essais de portance sur des zones pré-identifiées du réseau concerné. L’objectif de ces vérifications est de comparer la portance de la chaussée par rapport à des mesures de référence effectuées avant l’hiver. Dès lors que la chaussée présente une portance suffisante (80% par rapport à la portance normale), un arrêté fixe les conditions de dépose des barrières de dégel.

Cette décision fait l’objet d’une large communication :
- Par voie de presse (presse écrite et radios locales)
- Sur le site Internet du Département de l'Eure

 

sites départementaux et partenaires

conseil départemental de l'eureHôtel du Département
14 boulevard Georges ChauvinCS 72101 - 27021 Evreux cedex
Tél. : 02 32 31 50 50
Jours et horaires d'ouverture au public :du lundi au vendredi : 8h30/12h30 - 13h30/17h30
Crédits | Informations légales | Nous écrire | se connecter